L’école Novancia disparait, l’ESCP Europe en fait son campus Bachelor

Depuis quelques années les fusions entre écoles de commerce se multiplient (SKEMA, NEOMA, KEDGE), bien que cela semble être une bonne stratégie pour exister sur la scène internationale, toutes n’ont pas été une réussite (à l’image de FBS). Alors en apprenant il y a quelques semaine le rapprochement entre Novancia (école classée entre la 20 et 30e place selon les classements) et l’ESCP Europe (classée généralement 3e meilleure école française), toutes deux gérées par la CCI Paris, cela a suscité des craintes de la part des étudiants et des anciens de l’ESCP Europe pour l’image de marque de leur diplôme.

Malgré un Bachelor et un Masters visés par l’éducation nationale, Novancia peine à faire le plein d’étudiants dans un contexte où l’offre de formation a explosé au sein des meilleures écoles, et où une école sans accréditation AACSB et/ou EQUIS telle que Novancia peine à s’imposer au niveau international. En parallèle, l’ESCP Europe a besoin de locaux pour développer son Bachelor.

Le verdict est tombé le 7 juillet : la marque ESCP Europe n’ayant pas vocation à être accolée à une autre, ce ne sera pas une fusion, mais l’ESCP Europe va reprendre les locaux de l’école Novancia pour y enseigner son Bachelor.

Finalement c’est une bonne nouvelle pour l’ESCP Europe qui va pouvoir implanter à Paris le Bachelor déjà lancé depuis 2015 sur ses autres campus européens, ainsi que ses activités de formation continue (executive education). Au passage, la business school européenne va profiter des 18.000 m2 ultramodernes de Novancia à Montparnasse.

Quant à Novancia, une école issue du mariage d’Advancia et de Négocia (Negosup) en 2011, l’école va donc fermer ses portes d’ici 3 ans au détriment de ses étudiants et anciens qui voient la marque de leur diplôme disparaitre. Les étudiants en place seront tous conduits au terme de leur programme et diplômés de l’école Novancia.

Une pensée sur “L’école Novancia disparait, l’ESCP Europe en fait son campus Bachelor

  • 21 juin 2019 à 23 h 01 min
    Permalink

    CCIP puis CCIDF un éventail d’écoles prétentieuses, largement financé par leur statut d’organisme collecteur, dirigés par des directeurs sans vision stratégique (hormis celle de licencier et de fermer des écoles), fascinés par leur propres discours pseudo intellectuels et creux, fonctionnaires et courtisans dans l’âme, plus préoccupés de leur promotion que de l’avenir de leurs établissements, obnubilés par les résultats ( quitte à baisser les moyennes ) pour s’inscrire dans la compétition des grandes écoles, avec des équipes de commerciaux incapables de prospecter et d’être crédibles face aux clients , sans oublier un florilège d’ intervenants bardés de diplômes mais souvent médiocres voire mauvais pédagogues face à des étudiants arrogants qui se considèrent comme des clients
    dans une conjoncture qui n’en finit pas de se tendre, de fonds collectés qui s’assèchent et de structures internationales bien plus performantes, tous les éléments sont réunis pour que les écoles ferment

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité (anti-robots) *