Une start-up edTech tente d’endiguer le business des faux diplômes !

On estime que 8% des candidats utilisent de faux diplômes ! Dans la moitié des cas ils n’ont pas réussi à obtenir le précieux sésame, dans l’autre moitié ils n’ont même jamais mis les pieds dans l’établissement concerné ni suivi la formation. Dans un contexte où certains « diplômes » s’achètent sur le web d’un simple clic, les recruteurs n’ont plus la certitude d’avoir de vrais diplômés de telle école ou telle formation en face d’eux. Le secteur de l’edtech souhaite enrayer le phénomène et apporter une vraie solution pour les recruteurs et les diplômés.

Une solution pour enrayer le phénomène des faux diplômes

Nous étions au JobTechDay il y a quelques jours et nous avons eu l’occasion d’assister aux pitchs de plusieurs startups innovantes dans le secteur de l’éducation. Parmi elles, BCDiploma a reçu le prix coup de cœur du public. BCDiploma dématérialise et automatise la certification de diplômes avec une approche innovante basée sur la technologie de la blockchain pour garantir un niveau de sécurité maximal. Avec son algorithme cryptographique, BCDiploma relève le défi majeur de la sécurité, à savoir assurer l’intégrité et la durabilité des données, aucune modification ne pourra jamais être apportée au diplôme. Grâce à cela l’étudiant pourra prouver l’authenticité de son diplôme tout au long de sa vie.

Du côté des diplômés, BCDiploma permettra d’envoyer numériquement leur certificat de diplôme à un futur employeur et ainsi prouver facilement leur niveau d’études et de connaissances. Le recruteur s’assurera donc que le candidat devant lui est bel et bien diplômé d’HEC, de Dauphine etc. Le diplômé pourra également afficher le lien de son diplôme certifié sur son compte LinkedIn.

Un enjeu pour les recruteurs

L’enjeu est de taille pour les entreprises qui ont la lourde tâche de veiller à vérifier l’authenticité des diplômes obtenus, en plus de valider le contenu des expériences affichées sur le CV. Aucun moyen d’authentification français ou international ne permet d’attester qu’un diplôme est officiel et réel, il appartient à chaque recruteur de vérifier chaque diplôme individuellement en interrogeant l’université ou l’école concernée. C’est un processus qui prend du temps à tout le monde, l’étudiant comme le recruteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité (anti-robots) *