Formations hybrides et doubles diplômes en école de commerce

A l’heure où le marché du travail en France est en pleine mutation et où de nombreux étudiants arrivent sur le marché désormais armés d’un bac+5, à l’heure où les postes proposés sont tellement imbriqués qu’ils exigent de plus en plus de polyvalence dans les compétences, il devient presque indispensable d’intégrer à son cursus une double compétence. Celle-ci n’est pas qu’une simple ligne sur un curriculum vitae, elle devient à elle seule un critère de différenciation à l’’embauche.

Parce qu’une double compétence multiplie les probabilités d’obtenir le poste tant convoité, il est intéressant d’étudier les possibilités offertes par certaines écoles de commerce au moment du choix de son école. Deux solutions sont possibles :

Double compétence : l’une après l’autre

Dès l’année Bac+2, l’étudiant (en économie, gestion, droit, langues étrangères, mathématiques, sciences humaines, médecine…) qui estime s’être trompé dans le choix de sa filière d’études et/ou qui souhaite compléter son cursus, peut décider de tenter d’intégrer le Master Grande Ecole d’une école de commerce. Ce système lui permet de ne pas devoir recommencer les années d’études déjà effectuées.

Deux concours permettant d’intégrer une école de commerce sont proposés : Passerelle 1 qui permet de candidater à 13 écoles et Tremplin 1 organisé par 2 autres écoles. La démarche est similaire en cas d’obtention d’un Bac+3 qui permettent de postuler aux concours Passerelle 2 et Tremplin 2.

Après un bac+5, il est aussi possible d’intégrer un Mastère Spécialisé et ainsi obtenir deux bac+5. En revanche cela implique d’étudier une année de plus, mais pour une hybridation des formations ceci n’est pas cher payé.

Double diplôme : en même temps

Pour les étudiants qui ne disposent pas d’une double compétence avant d’entrer en école de commerce (notamment les prépa ou d’un bac+2 en commerce/gestion), il est aussi possible de muscler efficacement son profil directement au sein des écoles de commerce ! Double diplôme en management et en droit, en architecture, cursus manager-ingénieur etc. Certaines écoles offrent de nombreuses opportunités.

L’ESSEC permet par exemple à ses étudiant de préparer le diplôme de l’école ainsi que celui de St Cyr, CentraleSupélec, ou encore l’ENSA (École nationale supérieure d’architecture) de Versailles depuis septembre dernier. Du côté de l’ESCP, les étudiants peuvent acquérir le titre d’ingénieur de l’ENSAE ou encore de diplôme de l’Institut Français de la Mode. Des cursus originaux qui permettent de se différencier réellement sur un marché devenu très concurrentiel entre les écoles. « Je me souviens d’étudiants acceptés dans deux écoles relativement proches au classement SIGEM, qui ont choisi de nous rejoindre pour les doubles diplômes que nous proposions, même si nous occupions un rang inférieur » indique Nicolas Arnaud, directeur du programme grande école d’Audencia qui propose elle aussi des doubles diplômes en droit, en ingénierie, en sciences politique, en MBA avec des universités partenaires, ou encore des secteurs plus originaux tels que celui du gaming ou de « l’Art de Vivre à la française » qui ouvriront à la rentrée prochaine.

Réel besoin des entreprises et des étudiants ou simple argument marketing pour attirer les candidats ? Il est important de rappeler que toutes les écoles n’offrent cependant pas les mêmes facilités pour intégrer ce type de cursus à hauts potentiels. Si à Audencia un tiers des étudiants en Master Grande Ecole obtiennent effectivement ce précieux double diplôme, ils sont en général très peu nombreux à suivre ensuite un tel parcours au sein des écoles de commerce en France. Ce qui est certain, c’est que l’étudiant qui intègre ce type de cursus est ensuite solidement armé afin de trouver rapidement un emploi à l’issue de ses études.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question de sécurité (anti-robots) *