L’apprentissage est un choix de formation hybride qui permet aux étudiants de passer du temps d’apprentissage « théorique » à l’école et du temps « pratique » en entreprise. Il permet d’acquérir des savoir-faire (connaissances et compétences) en observant et en mettant en pratique les méthodes vues.

La durée de l’apprentissage est une phase généralement longue de 1 an ou 2 permettant à l’apprenti d’avoir assez de temps pour s’immerger totalement dans le monde de l’entreprise, de prendre ses marques dans son poste pour monter en compétences, acquérir de la « maturité » et une expérience significative. C’est un tremplin pour la professionnalisation et la carrière des étudiants qui ont choisi cette voie car cela débouche souvent sur des postes de junior avec expérience à la sortie des études.

Qui plus est, ce choix de formation offre d’autres avantages aux étudiants :

  • La mise en application des enseignements théoriques/pratiques reçus en école de commerce
  • Une entrée sur le marché du travail avec un parcours professionnel valorisé et reconnu par le monde de l’entreprise
  • Des frais de scolarité financés en partie, voire totalement, par l’entreprise (selon le coût contrat défini par la branche professionnelle) è ce qui offre une plus grande ouverture sociale en permettant à des étudiants aux revenus plus modestes d’intégrer une école
  • Un salaire est versé par l’entreprise en contrepartie du travail effectué par l’étudiant

Ne choisissiez néanmoins pas cette voie sans bien y avoir réfléchi et après avoir pesé le pour et le contre car ce choix exige plus de rigueur et d’organisation qu’un cursus 100% à l’école :

  • Le rythme en apprentissage est soutenu car les apprentis suivent exactement le même programme que les non-apprentis. L’implication des élèves doit ainsi être totale pour réussir à suivre de front les cours en école et les missions qui lui sont confiées par son entreprise
  • Il ne vous sera probablement pas possible de prendre part à un séjour Erasmus dans la mesure où le rythme de l’apprentissage est difficilement cumulable avec 6 mois à l’étranger
  • Idéalement, votre école doit se trouver près d’un bassin d’emploi pour vous permettre d’avoir du choix pour trouver l’apprentissage de vos rêves et, surtout, limiter la distance entre votre entreprise et votre école pour que vous n’ayez pas 2 logements à payer en même temps
  • Enfin, si vous êtes intéressé(e) par cette formation, faites-le savoir à votre école dès le début de votre intégration car les places dans certaines filières peuvent parfois être rares

Malgré ces exigences et les efforts demandés, cette formation voit pourtant son nombre d’étudiants augmenter année après année. En 2020, ils étaient ainsi 132 000 apprentis au niveau Bac +3 (soit 19% du nombre total d’apprentis cette année-là) et 144 000 apprentis au niveau Bac +5 (soit 21%).

Les écoles de commerce ont bien compris cet intérêt grandissant. Elles répondent donc à la demande en renforçant ce dispositif dans leur établissement et en mettant régulièrement en place des nouveautés à destination de leurs apprentis comme les quelques exemples ci-dessous :

  • Audencia : après s’être dotée de son propre CFA (Centre de Formation des Apprentis) à la rentrée 2021, l’école de » commerce nantaise ne cesse de faire évoluer son offre. En effet, pour cette rentrée 2022, elle propose notamment à ses étudiants du programme Grande Ecole en apprentissage à Nantes de suivre en parallèle la filière Marketing, comme déjà proposé à ses étudiants sur le campus Parisien.  
  • BSB : l’école dijonnaise a quant à elle récemment doublé le nombre de places ouvertes en apprentissage dans ses programmes Bachelor et Master Grande Ecole (soit 300 places) sur ses campus de Dijon et Lyon
  • ICN : l’école de commerce nancéenne s’est dotée, comme d’autres établissements avant elle, de son Center de Formation des Apprentis pour doubler ses effectifs et réfléchit également à proposer prochainement de nouvelles spécialisations à ses apprentis

L’état cherche aussi à répondre à cet essor de l’apprentissage, le Ministère du Travail, du Plein-emploi et de l’Insertion a ainsi proposé aux entreprises des aides à l’embauche de jeunes en alternance pour les encourager à renforcer ce dispositif jusqu’à la fin de l’année.

Une preuve de la pertinence et de la reconnaissance des atouts -par les étudiants, par les entreprises et par l’état- de cette formation, formidable accélérateur de carrière.

Crédits photos : Brett Jordan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *